Place à la Shab

La surface RT de la RT2012 disparaît et c'est désormais la surface habitable (Shab) qui fait référence dans les logements et sur laquelle il faut s'appuyer pour les calculs.

Cep revue

Nous retrouvons toujours l'exigence d'une consommation d'énergie primaire totale, Cep, mais avec quelques variations non négligeables :

  • L’éclairage et/ou ventilation des parkings, l'éclairage des circulations en collectif et l'électricité des ascenseurs viennent s'ajouter aux 5 postes de la RT2012,
  • la consommation d'énergie primaire non renouvelable Cep,nr doit être calculée à part et se situer sous un seuil spécifique. Concernant des postes de consommations identiques à ceux du Cep, l'ajout de ce Cep,nr doit inciter à recourir aux énergies renouvelables,
  • la prise en compte de la production d’électricité en autoconsommation uniquement.

Apparition d'indicateurs Carbone (Ic)

C'est la grande nouveauté de la RE2020 : l'introduction d'une méthode d'analyse de cycle de vie pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre :

  • des énergies consommées durant la vie du bâtiment estimée à 50 ans (Ic énergie),
  • des produits de construction et équipements ainsi que leur mise en œuvre (Ic construction).

Pour établir l'Ic construction, qui se mesure en kg équivalent CO2 /m2, il est nécessaire de recourir à la base de données Inies qui recense les Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire de produits de construction (FDES) et les Profils Environnementaux Produits d’équipements (PEP).

Bbio renforcé

Le besoin bioclimatique (Bbio) joue, dans la RE2020, plus que jamais le premier rôle. Cet indicateur de la qualité énergétique intrinsèque des bâtiments, indépendamment des systèmes mis en œuvre, se mesure en points.

« Les bonnes pratiques pour limiter le Besoin Bioclimatique en chaud seraient avant tout de faire attention à la compacité du logement, aux performances du bâti (Isolation mur, plafond, plancher, menuiserie) bien sûr, à l’orientation qui permet un meilleur apport solaire pour diminuer les besoins de chauffage. De travailler encore plus qu’en RT2012 sur la perméabilité à l’air et d’optimiser le nombre de pièces d’eau. Pour le Besoin Bioclimatique en froid, les bonnes pratiques seraient l’utilisation de masques et volets roulant automatiques. » explique Thierry Martin, Bureau d’Etudes ABM Energie Conseil.

En effet, à la différence de la RT2012, les besoins en froid sont systématiquement intégrés au calcul du Bbio.  De manière à mieux considérer la spécificité de chaque projet, ce dernier est modulé en fonction de la localisation géographique et altitude, de la surface du logement, de la présence ou non de combles et du niveau de bruit autour de l'habitation.

Degrés-heures d'inconfort en renfort 

Néanmoins, l'expérience de la RT2012 et la part considérable de PAC air/air installées après coup sur des logements neufs a démontré que cet indicateur n'était pas suffisant pour encadrer le confort d'été. La Tic et l'obligation de mise en place de protections solaires pour les locaux de sommeil lorsque ce dernier dépassait un seuil n'étaient également pas à même d'offrir des logements « futur proof » capables d'affronter le réchauffement climatique.

Un nouvel indicateur baptisé « degrés-heures d'inconfort », DH, débarque ainsi dans la RE2020 avec pour ambition de garantir réellement le confort d'été.

En effet, comme son nom l'indique, cet indicateur exprime en °C.h la durée et l'intensité des périodes d'inconfort ressenti par les occupants durant la saison chaude. Autrement dit, il s'agit d'un compteur qui cumule, sur l’année, chaque degré inconfortable de chaque heure estivale en période d’occupation. Le seuil de la température dite inconfortable étant fixé à 26°C la nuit et compris entre 26°C et 28°C le jour selon la température extérieure.

« Ce nouvel indicateur bouleverse les habitudes de conception et en particulier dans le sud de la France. Il ne doit pas excéder un seuil haut fixé à 1250°C.h et doit, dans la mesure du possible, tomber en dessous de 350°C.h sans avoir recours à la climatisation ! Dans un état de confort intermédiaire (entre 350 et 1250°C.h), le bilan énergétique du projet (Cep,nr) sera proportionnellement pénalisé en anticipant la mise en fonctionnement, après réception, d’un système de climatisation pour assurer un confort optimal.

Pour avoir une approche efficace en conception, il est souvent nécessaire de procéder en deux étapes. Dans un premier temps, une réflexion doit être menée sur la conception bioclimatique de l’ouvrage (Bbio froid), autrement dit, comment faire pour que l’ouvrage puisse se protéger de la chaleur ? La réponse réside souvent dans l’inertie du bâtiment ainsi qu’en sa capacité à limiter les apports solaires (protections mobiles intelligentes, casquette, etc.). Si ces solutions ne sont pas suffisantes, il faudra dans un second temps avoir recours à des solutions dites « douces » parmi lesquelles nous retrouvons par exemple les brasseurs d’air ou encore le géocooling » indique Alexandre Pugeaut, Bureau d’Etudes Loriot.

Vous l'aurez compris, si cette RE2020 n'est pas une révolution, en mettant à égalité le confort d'été et le confort d'hiver, elle implique tout de même un changement de paradigme. C'est pourquoi Atlantic vous accompagne dès l'amont de vos projets avec sa base de données unique B.A.RT et ses prescripteurs formés à la RE2020 et connaisseurs des spécificités de chacun des territoires qu'ils parcourent.

  

Accéder à B.A.RT

Toutes les actualités