Des spécificités inclusives
En termes de QAI, une évidence s’impose, celle d’agir sur quatre volets :  
- limiter les sources d’émissions de polluants en sélectionnant notamment les matériaux de construction en amont ou les produits d'entretien en aval ;
- Sensibiliser les différents usagers de ces espaces concernant leurs comportements ;
- assurer le renouvellement de l’air avec un système de ventilation de type CTA double flux ;
- mettre en place en complément une solution d’épuration pour agir sur les polluants de l’air intérieur (particules fines, polluants chimiques, COV, …) mais aussi polluants biologiques (virus, …).
Le tout dans un vaste cadre règlementaire et normatif qui oriente les solutions principalement du côté des performances énergétiques. Parmi les principales dispositions législatives françaises en vigueur, on peut citer la réglementation thermique 2012 [1], la prochaine réglementation environnementale 2020[2], le règlement sanitaire départemental (RSD), ou encore le code du travail – qui fixe notamment les débits d’air à 25 m3/h/personne dans les locaux sans travail physique. Enfin, les établissements recevant du public (ERP) sont par ailleurs soumis au code de l’environnement.
Et depuis le 1er janvier 2018, la surveillance de la QAI est obligatoire dans les écoles accueillant des enfants de moins de 6 ans. Elle a été étendue le 1er janvier 2020 aux centres de loisirs, collèges et lycées et le sera au 1er janvier 2023[3] aux autres établissements scolaires et de formation professionnelle.

 

Des avancées concrètes
Nos réflexions s’intègrent dans ce contexte et s’articulent autour d’un pivot essentiel : comment trouver le point d’équilibre optimal entre la mise en place de solutions QAI efficaces et des obligations réglementaires toujours plus contraignantes en termes de réduction des consommations énergétiques des bâtiments.
Outre le développement de solutions privilégiant la récupération d’énergie ainsi que la maîtrise des consommations, Atlantic propose de nouveaux outils qui aident les prescripteurs et les clients dans le choix du bon dimensionnement des équipements. C’est le cas du logiciel de simulation du taux de CO2 opérationnel depuis quelques jours.
Intégré directement au sein de la plateforme professionnelle d’Atlantic Select Air, cet outil de calcul se veut simple et pratique.
Concrètement, le prescripteur renseigne différents critères : surface de la pièce, taux de CO2 maximum, répartition des personnes dans la journée ... 
Ces éléments sont ensuite traduits dans un graphique montrant l’évolution du niveau de concentration de CO2, la moyenne si présence dans la pièce, le maximum autorisé ainsi que l’indice ICONE[4].
Cet accompagnement complémentaire permet de s’assurer, lors du dimensionnement, que les niveaux de débits d’air calculés et estimés garantiront des concentrations de CO2 correctes.
C'est une aide précieuse pour aller plus loin dans la pertinence des solutions proposées et qui souligne la réactivité d’Atlantic dans le développement d’applications au plus près des besoins de ses prescripteurs.

  

 
Que reste-t-il à faire ?
Travailler à la mise en œuvre d’un indicateur de QAI exploitable de manière transverse et souple par l’ensemble de la profession. Aujourd’hui de nombreux capteurs sont disponibles sur le marché, mais très peu fournissent des seuils appropriés et encore moins délivrent des données exploitables, d’autant que les paramètres retenus dans l’évaluation (comment/pourquoi se sent-on bien dans une pièce ?) peuvent être subjectifs.
C’est un des enjeux essentiels du projet CIR Savoir engagé avec le laboratoire Tipee et le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) qui vise, entre autres, à élaborer un indicateur global à partir des éléments constituant l’indicateur TAIL développé dans le cadre du projet Aldren[5]
Cet indicateur, applicable à tout bâtiment tertiaire (neuf et rénovation énergétique) et insuffisamment exploité actuellement, introduit la notion de qualité de l’environnement intérieur (QEI), qui complète l’aspect QAI en intégrant trois briques complémentaires : le confort thermique, le confort acoustique/sonore et le confort visuel[6]. Autant de champs d’application dans lesquels l’expertise d’Atlantic est indéniable.
Mesurer précisément et de façon fiable les valeurs de l’air l’intérieur est indispensable pour communiquer sur les améliorations apportées par les produits et guider les usagers des bâtiments.
Développer successivement le ou les capteurs qui permettront de les mettre en application sur des bâtiments existants est tout aussi primordial. Atlantic poursuit actuellement une importante phase de collecte de données avec les prescripteurs, en neuf comme en rénovation, pour déterminer avec eux les paramètres les plus pertinents dans le cadre de leurs projets. L’ambition, à horizon 2022-2023, est de mieux comprendre la façon dont les usagers utilisent les bâtiments tertiaires en termes de systèmes de ventilation, d’améliorer la QAI, voire la QEI et, in fine, d’équiper la majorité de sondes tout en un à un coût abordable.
 
Creuser de nouvelles pistes, trouver l’équilibre entre le niveau de performance et les réductions des consommations prévues par les réglementations, aller plus loin dans les normes dédiées à la QAI, renforcer les outils et les indicateurs de mesures … les actions que nous entreprenons sont multiples et connexes. Nous avons toujours un impératif : conseiller et accompagner nos clients à toutes les étapes de leur projet !

 

Retrouvez-nous sur notre page LinkedIn ! 
 #QAI #Innovation #Ventilation #CVC #ConfortThermique

 

[1] La RT 2012 implique le dimensionnement du système de ventilation d’un point de vue énergétique. Elle permet ainsi de définir un système qui consommera peu d’énergie tout en respectant le confort thermique des futurs usagers.

[2] La RE 2020 s’attache à la réduction des consommations de matières carbonées.

[3] Évolutions portant sur les articles L222-1 et suivants du code de l’environnement.

[4] Cet de confinement de l'air est calculé à partir des valeurs de CO2 mesurées en période d'occupation d'une pièce. Il permet d'évaluer le confinement de l'air de cette pièce à l'aide d'une note allant de 0 (aucun confinement) à 5 (confinement extrême).

[5] Le projet ALliance for Deep RENovation in buildings est un projet européen mené de 2017 à 2020 sous l’égide du CSTB.

[6] Les paramètres QAI inclus sont la température, la concentration de CO2, le taux de ventilation, le formaldéhyde, le benzène, les PM, le radon… Le nouvel indicateur s’inscrira dans cette lignée.

Toutes les actualités